Quartier de la gare : "Périmètre d’attente d’un projet d’aménagement global"

Mise à jour : le projet de périmètre d’attente a été retiré à la suite de l’enquête publique. Nous demandons que les parcelles menacées par une densification brutale soient protégées en urgence contre les appétits des promoteurs immobiliers, par des classements adaptés, établis en concertation avec les propriétaires concernés.
Vous trouverez ci-dessous notre article tel qu’il était avant le retrait de ce projet.

Nous demandons le retrait du projet de "Périmètre d’attente d’un projet d’aménagement global" du quartier de la gare, et son remplacement par un classement des parcelles, établi en concertation avec les propriétaires concernés, qui les protège réellement contre la densification immobilière.

Dans ce projet de modification du PLU, des riverains du quartier de la gare ont découvert, avec effarement, un « périmètre d’attente de projet d’aménagement global » aux contours étrangement morcelés, qui contenait leurs domiciles ...

Source : notice de présentation, dossier d’enquête publique, page 36 
Le programme y est annoncé :

extraits :
« Au sud de la gare, se trouvent des parcelles de grande emprise, dont la réceptivité est très importante. La municipalité souhaite par ailleurs développer son offre d’équipement dans le secteur »
« L’instauration d’un périmètre d’attente de projet d’aménagement […] le temps de définir un projet adapté aux enjeux de densification, de mixité »

Lors de communications au public, l’équipe de la majorité municipale a présenté ce "périmètre d’attente" comme une simple mesure de "protection", mais la raison d’être d’un « périmètre d’attente de projet d’aménagement global », expliquée dans le Code de l’Urbanisme, est d’utiliser les parcelles incluses pour un projet qui comporte des constructions, réalisables uniquement par l’expropriation des habitants qui ne veulent pas vendre. Ce "périmètre d’attente" est en réalité le début d’une mainmise sur des jardins et des maisons, par laquelle les propriétaires sont brutalement impactés. C’est en fait une situation transitoire qui va vers une densification imposée du quartier de la gare.
Si l’intention était vraiment la protection contre une densification brutale, la municipalité pourrait délimiter des zones non constructibles sur ces parcelles.
Ces zones non-constructibles existaient dans une version antérieure du périmètre (13 janvier 2020, voir zones quadrillées en vert) ; pourquoi les avoir supprimées ?

Des zones non-constructibles assureraient une bien meilleure protection du couvert boisé du secteur, qu’un périmètre d’attente, dont la durée maximale est 5 ans ; après la levée de ce périmètre, les constructions au-delà du seuil redeviendraient autorisées, et comme d’autres modifications proposées ouvrent la voie à une densification urbaine accélérée, les caractères fondamentaux des zones seraient mis en péril. Pour rappel, ces caractères fondamentaux, écrits dans le règlement, sont entre autres : « Des maisons dont une des qualités principales est de se laisser découvrir au travers d’un écrin végétal et de contribuer à un paysage de rue arboré et verdoyant » , « la présence de très nombreux arbres de haute tige », « Des villas de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle à l’architecture recherchée, entourées de jardins présentant pour la plupart des arbres de très belle allure », et pour la zone UC, elle aussi touchée par le « périmètre » : « un important couvert végétal avec la présence de très nombreux arbres de haute tige. »

Un certain nombre de propriétaires des parcelles du « périmètre d’attente » n’ont aucune intention de vendre leurs terrains à des promoteurs, et entendent protéger le caractère exceptionnel de Bois-le-Roi à leur manière, en résistant à cette pression financière.
Nous refusons que la suppression de ce caractère exceptionnel soit permise, et même imposée contre la volonté des propriétaires, par la municipalité.

Le parc des Chardonnerets (autour de la Maison des Associations) est inclus dans ce "périmètre" ; or ce terrain appartient à la municipalité ... selon l’argument de "protection" avancé, la municipalité voudrait-elle "protéger" ce terrain contre une "densification non voulue" qu’elle-même risquerait de créer ?

En page 7 du bilan de la concertation, on peut lire :
"Le devenir de ce secteur déterminant pour la vie de la commune nécessite une réflexion d’aménagement qui reste à mener, aussi pour éviter une densification non voulue, il a été décidé d’instaurer un périmètre d’attente de projet d’aménagement".

et simultanément, en page 28 de la notice de présentation (dossier d’enquête publique), on trouve beaucoup de texte concernant la densification, avec des objectifs précisément chiffrés :

Page 28 du dossier d’enquête publique, notice de présentation


Extraits :

Paragraphe 2 : « les secteurs à fort potentiel de densification : […] ils doivent être le lieu d’efforts accrus en matière de densification du tissu urbain, tant dans les secteurs réservés aux activités que dans les secteurs d’habitat, ces derniers devant contribuer de façon significative à l’augmentation et la diversification de l’offre de logements pour répondre aux besoins locaux et participer à la satisfaction des besoins régionaux. »
« Le projet de délimitation d’un Périmètre d’Attente de Projet d’Aménagement Global [...] vise principalement à encadrer la densification souhaitée sur les grandes emprises mutables situées au sud de la gare. »

Paragraphe 3 : « les quartiers à densifier et les secteurs de développement à proximité des gares : le PLU doit permettre une augmentation de 15% de la densité humaine et de la densité moyenne des espaces d’habitat à l’horizon 2030, à l’échelle communale ».

Paragraphe 4 : « A l’horizon 2030, la commune doit permettre d’atteindre 8086 habitants et emplois à surface urbanisée constante ».

Conclusion : « Tenant compte d’une dynamique de croissance équivalente à celle observée depuis 2013, il apparaît que le PLU permet bien d’atteindre les objectifs du SDRIF »

Or, le SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France) a identifié Bois-le-Roi comme "zone d’urbanisation prioritaire", comme on peut le lire dans le "projet de territoire" de la Communauté d’Agglomération, pages 35-36 :

Extrait :
Avec Bourron-Marlotte, également desservie par le Transilien, ces communes sont identifiées au Schéma Directeur de la Région Île-de-France (SDRIF) comme autres secteurs de densification du territoire, orientation dont la déclinaison est susceptible de renforcer la polarisation du territoire, et précisant les communes de Bois-le-Roi et Vulaines-sur-Seine comme zones d’urbanisation prioritaire.

Cette identification est tout à fait contestable, comme l’explique cette lettre d’information de Bois-le-Roi Environnement. D’autre part, voici pourquoi l’accélération de la densification, prévue par la modification proposée, n’est pas justifiée.

C’est à la municipalité de défendre le caractère propre à Bois le Roi, son environnement et sa biodiversité.
La crise sanitaire covid-19 révèle encore plus l’urgence de les protéger, car l’émergence de maladies infectieuses est liée aux dégâts causés à l’environnement et à la biodiversité ; notre gouvernement en prend conscience et définit des priorités pour les années à venir.

Le "Quartier de la Gare", entre Seine et Forêt, contient des espaces arborés que l’association "Touche pas à mon P’tit Bois" évoque ici :

"De nombreux espaces arborés abritent une faune et une flore riches, comptant des espèces protégées. Leur disparition ou leur fragmentation conduirait, nous le répétons, à un appauvrissement de la biodiversité et la commune constituerait un obstacle infranchissable à la trame verte et bleue régionale. Tous ces terrains arborés contribuent à l’établissement d’un lien relevant de l’écologie entre la forêt domaniale et les milieux boisés des rives de la Seine (deux ZNIEFF en bords de Seine et des zones Natura 2000 dans la commune). "

Afin de conserver à notre commune son caractère de "Village dans la forêt", l’aménagement du quartier de la gare doit impérativement préserver la qualité du paysage urbain, et notamment respecter les espaces verts et les arbres de haute tige qui caractérisent ce quartier. Par exemple, le Parc de la Maison des Associations, et les terrains alentour, possèdent de nombreux arbres remarquables. En continuité avec la forêt, ils constituent en outre des lieux de nidification et des corridors de passage pour les animaux (oiseaux, écureuils, hérissons, ...)

La destruction de ces jardins, conséquence de cette densification forcée, aurait de lourdes conséquences sur les équilibres écologiques, et porterait une atteinte irrémédiable au charme de Bois le Roi et à son attrait pour de nombreuses personnes (habitants, visiteurs, ...)

Quel habitant, quel visiteur, en descendant du train, n’a pas respiré plus librement, en se retrouvant dans un « quartier de la gare » qui est aussi un « quartier de la forêt » …

Nous voulons conserver le caractère verdoyant des rues, permis par des jardins entourant les maisons. Ces jardins non « densifiés » permettent aussi à la lumière d’entrer par les fenêtres des maisons, et aux enfants de jouer dehors en toute sécurité.

Ce projet de modification prévoit même de faire de l’offre de services et de commerces du secteur gare, avec l’offre du secteur des places de la Cité et de la République, une offre potentiellement concurrentielle à moins de 15 minutes du centre commercial de Villiers en Bière !!
Voir page 24 de la notice de présentation, dans le dossier d’enquête publique :

 

Nous partageons à ce sujet l’avis de l’association Bois le Roi Environnement :

 

A l’heure où personne ne peut plus ignorer les enjeux liés à la sauvegarde de la biodiversité, le lien entre l’environnement et la santé humaine, ni les impacts négatifs sur le bien-être physique et psychique à vivre dans un cadre de vie banalisé et dévasté, notre commune pourrait et devrait devenir exemplaire. Les atouts de Bois-le-Roi sont essentiellement des arbres de grande prestance, la continuité de la forêt de Fontainebleau ; des maisons anciennes caractéristiques, des maisons plus récentes mais qui doivent rester insérées dans la verdure.

Liens utiles :

Excellent article d’Hubert Turquet sur la modification de PLU
Association Touche pas à mon P’tit Bois
Association Bois le Roi Environnement Qualité de la Vie
Le Citron électrique
Ligue pour la Protection des Oiseaux

Page Facebook du Comité

N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse :
comite.sauvegarde.blr@gmail.com